L’Expo

Vers des coexistences respectueuses de la nature sauvage ?

A la série de web-documentaires se rajoute notre exposition. De la montagne à la mer, vous suivrez les liens étroits qui relient l’humain et la nature. Un aperçu de cette relation fragile pour questionner les visiteur·se·s sur leur rapport au vivant. Découvrez ci-dessous les approches par milieu.

De nombreuses espèces ont survécu à la dernière glaciation et se sont adaptées au climat des montagnes. Les pelouses alpines souffrent du surpâturage et sont aujourd’hui fragilisées par le changement climatique.

Nos loisirs de masse, souvent intrusifs, sont un autre danger direct pour ces milieux de montagne : piétinée, écrasée, broutée, cueillie, dérangée, chassée, la biodiversité pourra-t-elle nous résister ? Vivons la montagne autrement par un tourisme et une agriculture solidaires des espèces et des espaces.

La majorité de nos campagnes est empoisonnée par des produits chimiques visant à éviter la prolifération des petits rongeurs. Ces poisons se retrouvent dans les eaux, les sols et toute la chaîne alimentaire. Avec le renard, l’environnement dispose d’un régulateur naturel, qui chasse à lui seul de 3000 à 6000 mulots et campagnols par an.

Arbustes variés, oiseaux, scarabées, vers, petite faune des sols construisent le monde vivant de la haie. Celle-ci tempère le climat, préserve la vie des sols et limite l’érosion. De plus, elle participe à une productivité agricole sans pesticides. Replanter des haies bocagères entre de petites parcelles diversifiées rétablit un meilleur équilibre.

Paluds, marécages, sansouïres, lagunes, tourbières… représentent à l’échelle mondiale 6% des terres mais produisent plus de 25% de la biodiversité à la base de la chaîne alimentaire. Les zones humides régulent le climat et les ressources en eau.

Ces écosystèmes indispensables sont pourtant très menacés : assèchement, remblai, démoustication, urbanisation… en un siècle, 3/4 de ces espaces ont disparu du monde méditerranéen, privant notamment les oiseaux des étapes essentielles à leur migration.

La diversité des formes de vie est essentielle à la forêt : vieux arbres, cavités dans des troncs tordus, insectes, bois mort, champignons, proies et prédateurs…
Elle constitue l’alliée des forêts face aux changements climatiques et à l’érosion des sols.

Incendies à répétition, défrichement, exploitation industrielle : le reboisement ne compense pas le déboisement. Les forêts replantées, souvent avec une seule espèce, sont des écosystèmes pauvres et fragiles. Exigeons un réseau de sites forestiers en libre évolution dans notre région !

Habitats pour certaines espèces, épuration, transport de sédiments, ralentissement des crues… sont autant de fonctions assurées par les cours d’eau à l’état naturel.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, 37% des rivières, lacs… sont en mauvais état en 2020. Leur fonctionnement est menacé par les prélèvements en tout genre, les pollutions, les digues, les barrages, ou toutes autres dégradations de la végétation des berges et des forêts riveraines.

En France, une dizaine d’espèces (oiseaux, insectes) sont présentes majoritairement dans la steppe de la Crau et sont dépendantes de ces pelouses sèches. Ces espèces sont directement menacées par la destruction de ce milieu unique en France.

Des centaines d’hectares de la plaine de Crau ont été sacrifiés au profit d’immenses entrepôts commerciaux. Cessons l’urbanisation dispersée !

La vie sauvage trouve aussi son chemin en ville ! Cherchez bien : un hérisson s’abrite dans le jardin, les oiseaux chantent le matin, des chauves-souris chassent le cousin…

Sols artificiels, pollutions et lumières nocturnes repoussent la nature. Exigeons la création d’espaces d’accueil, de vie et de circulation pour la biodiversité dans l’aménagement des villes et autres territoires.

80% de la population humaine de notre région se concentre sur 953 km de côtes, dont une partie est définitivement artificialisée. Pourtant ces espaces abritent une richesse biologique importante et des espèces remarquablement adaptées.

Nos aménagements et le nettoyage mécanique détruisent le littoral, les plages, les rochers et les petits fonds de manière irréversible. Ils représentent une des premières causes de perte de biodiversité dans ce milieu. Exigeons un tiers d’espaces naturels protégés sur le littoral régional !

Les herbiers de posidonies sont à la Méditerranée ce que la forêt est à l’Amazonie. Ils abritent des milliers d’espèces animales et végétales, produisent annuellement des millions de litres d’oxygène et piègent massivement le gaz carbonique que nous rejetons par nos activités. Ces dernières années, ces habitats ont perdu jusqu’à 20% de leur surface, soit plusieurs centaines d’hectares.

La plaisance irréfléchie pollue les eaux, dérange la faune par son bruit et arrache les herbiers par ses ancres. Préférons les espaces réservés aux mouillages.

Nos partenaires